Hommage à Alain Gautré

Un de ceux qui ont marqué le clown et sa transmission nous a quitté : Alain Gautré est décédé le 3 février. Pour Georges, Félix, Motoreta et Madame Françoise il aura été une influence de taille. Voici une parole pour lui rendre hommage ...

Querido Alain GAUTRE: . C’est comme si tu étais encore là. C’est vrai que je ne pen­sais pas à toi tous les jours, depuis que j’ai su que tu es parti j’y pense parce que pour les clowns tu es comme un ange ou même un petit diable qui nous donne incon­sciem­ment des con­seils clow­nesques qui nous ser­vent au plus profond..et qui sor­tent à un moment donné presque sans qu’on s’en rende compte. Grâce à toi, j’ai quelques outils pré­cieux qui m’appartiennent comme un héritage que tu m’as donné et qui, comme tu disais si bien activent” mon clown. La dernière fois que je t’ai vu, c’était dans une grand fête d’anniversaire en Ardèche où on ren­con­tre tout le monde et per­sonne. C’est comme si on s’était choisi tous les trois avec Nico­las, mon mari et parte­naire clown pour s’isoler et parler de la vie, du clown, de rien.. Et de tout. Tu n’as même pas oublié d’envoyer à ma fille Maylis un livre que tu avais écris. Tu as pris le temps de parler avec elle. Elle ne t’as pas oublié. Moi non plus. Merci pour ton savoir faire généreux et impliqué.
Muchas gra­cias mae­stro

Raquel Esteve Mora (Motoreta)

Cher Alain,
trois petits tours et puis… sans crier gare…
On parle de demain au télé­phone… on rac­croche… et on apprend que tu es mort. Oui, tu es parti sans me dire au revoir”, et c’est tant mieux parce que je crois que je n’aurais pas su te dire tout ce que j’ai à te dire. Cela se résume pour­tant en un petit mot de cinq let­tres. Non, il ne s’agit pas du merde”, que l’on lance à l’artiste qui va ren­trer en scène (ça ne se dit jamais quand on en sort, c’est trop tard). Tu es parti un peu trop tôt, Alain, merde !
Merde” pour ton voyage et MERCI 

Nico­las Bernard (Georges Pétard)